Conférence et atelier d’écriture avec Christian Ingrao

Mercredi 22 mars, les élèves de Première générale ont eu la chance de rencontrer Christian Ingrao, historien spécialiste du nazisme.

La rencontre avait pour objectif de permettre aux élèves d’avoir une réponse à une question que nombre d’entre eux se posent : pourquoi ? En effet, si, lors de leurs cours d’histoire, les élèves étudient les totalitarismes et les crimes nazis, leurs acteurs, leurs processus, leurs bilans, cela permet de répondre au comment, mais pas véritablement au pourquoi. Bien sûr, l’idéologie nazie est étudiée, mais elle garde une part de d’ineffable, de sidération face à la violence qui a été déployée pendant la Seconde Guerre mondiale.
Faire venir Christian Ingrao, l’un des meilleurs spécialistes français du nazisme, avait donc pour but d’aborder de front ces questions difficiles et délicates. Christian Ingrao a en effet contribué, avec d’autres historiens comme Johann Chapoutot, à un profond renouvellement de notre compréhension du nazisme et de ses ressorts. A travers ses ouvrages, et notamment l’un des plus importants, Croire et détruire. Les intellectuels nazis dans la machine de guerre SS (publié en 2010 chez Fayard, aujourd’hui disponible en poche), Christian Ingrao a montré que le nazisme était une prise en charge d’une angoisse profonde, celle de la disparition de l’Allemagne face aux forces qui l’entouraient, et en premier lieu les Slaves et les juifs. Dans son dernier ouvrage, La Promesse de l’Est : espérance nazie et génocide (1939-1943), publié l’an dernier (Le Seuil), il montre que le nazisme, s’il prenait en charge l’angoisse, proposait également une espérance, un avenir utopique d’avènement d’une nouvelle ère (le Reich de mille ans). Cette utopie meurtrière aurait provoqué plus de 27 millions de morts si elle avait été réalisée…
Christian Ingrao a donc présenté ses recherches lors d’une conférence d’un peu moins d’une heure. Puis, les élèves ont pu lui poser les questions qu’ils souhaitaient. Enfin, la rencontre s’est terminée par un atelier d’écriture : les élèves devaient se mettre dans la peau d’un-e étudiant-e en histoire qui mène des recherches sur le nazisme lorsqu’il ou elle découvre deux documents (une photographie et un témoignage à propos d’un des responsables de cette utopie meurtrière que Christian Ingrao avaient apportés). Ils écrivent à une personne chère avec laquelle ils veulent partager leur découverte. L’objectif ici était bien sûr de permettre aux élèves d’utiliser immédiatement le savoir qu’ils avaient pu acquérir lors de la conférence (et ainsi permettre aux enseignants de voir ce qu’ils en avaient compris) mais également de réfléchir à ce que signifie la recherche en histoire sur des questions aussi délicates, et notamment la place des documents et des sources dans le régime de vérité historique. A la fin de l’atelier, certains élèves ont été volontaires pour lire leurs productions et ainsi bénéficier des commentaires de Christian Ingrao.
Le dispositif a été répété lors d’une deuxième session, puisque la rencontre a duré toute la matinée, permettant aux classes d’y participer en deux groupes d’une cinquantaine d’élèves à chaque fois, permettant une meilleure écoute et un travail en plus petits groupes encadré par leurs enseignants. Les échanges ont été fructueux, et les élèves ont paru intéressé-e-s. Certain-e-s ont fait part de leur désir de renouveler l’expérience. Beaucoup ont personnellement remercié Christian Ingrao qui, en acceptant très généreusement de venir les rencontrer, leur a permis d’avoir un aperçu de la recherche la plus actuelle en histoire. Qu’il en soit effectivement très chaleureusement remercié.
La première conférence de Christian Ingrao a été enregistrée et, avec son accord, sera diffusée sur la radio de lycée Jean-Monnet, Good Morning RNJ Monnet.

Mathieu Ferradou
Professeur d’histoire-géographie, lycée Jean-Monnet, Mortagne-au-Perche

image
image
image
image
Posté le 3 avril 2017 par Catherine DEPOILLY